djerba_tunisia_tunisie_tourisme_tourism_travel_trip_flight_vacance_holidays_sejours_museum_midoune_houmet_essoug_ejjim_gallela couverture

Djerba

Considérée comme l’un des pôles touristiques les plus attractifs de la Tunisie, Djerba – dite la douce – accueille annuellement 1 000 000 touristes en moyenne. A Djerba, nous aurons la chance de profiter d’au moins 4 jours ensoleillés pendant un séjour de 6 jours grâce à un climat tempéré avec un hiver doux et un bel été. Les activités de base de l’économie à Djerba sont le tourisme et l’artisanat ainsi que l’agriculture et la pêche.

Djerba, l’île des rêves

Djerba est située au Sud-Est de la Tunisie. Elle est la plus grande île de l’Afrique du Nord avec une superficie de 514 km2 plongée dans le Golfe de Gabès.
A partir de la terre ferme, et plus précisément de la presqu’île de Jorf, 15 minutes au bord d’un bac traversant la lagune de Boughrara nous séparent d’Adjim située au Sud-Ouest de l’île.
Homère est le premier ayant parlé de Djerba. Dans son Odyssée, Ulysse est pris par le mauvais temps en revenant de la guerre de Troie. Il débarque avec ses compagnons à Djerba. Mais après avoir mangé le Lotos mystérieux, ces voyageurs oublient leur patrie…

Tout comme le reste de la Tunisie, Djerba était habitée par les Libyques autochtones qui y vivent jusqu’aujourd’hui. Par la suite, les Phéniciens l’occupèrent et l’appelèrent Meninx en référence aux murex qu’ils récoltaient de ses fonds pour extraire la pourpre. Les phéniciens fondèrent ainsi un important comptoir commercial à Djerba.
La trace des Romains est marquée quant à elle par une chaussée de 6 kilomètres de longueur qu’on appelle El Kantara. Cette chaussée relie jusqu’à nos jours le Sud-Est de l’île à la presqu’île de Zarzis. En pénétrant Djerba à travers cette digue, nous nous retrouvons près de la région de Guellala. Ce village est habité par les Berbères qui y conservent leur langue et leur culture. Il est la capitale de la poterie de Djerba, si ce n’est de toute la Tunisie.

La poterie à Djerba

Rendre visite à un artisan nous fait découvrir les merveilles du monde de la poterie. Le potier parle de l’extraction de la matière première : l’argile est extrait des carrières dans les collines avoisinantes sous forme de grands blocs. Ces blocs sont par la suite étalés et exposés au soleil jusqu’à ce que l’eau se soit évaporée. L’argile sera mélangée de nouveau avec l’eau de mer ou de puits pour obtenir respectivement une poterie blanche ou rouge. Pour obtenir une pâte, l’argile est pétrie avec les pieds. La pâte est ensuite montée sur le tour de poterie. Doté d’une maîtrise minutieuse de la tour, l’artisan confectionnera manuellement une pièce de poterie qui sera cuite dans un four.

Être chez l’artisan est une excellente occasion pour se procurer quelques souvenirs en poterie !

Le musée des arts et des traidions de Guellela

A Guellela, il est nécessaire de visiter le musée des arts et des traditions. Ce musée surmonte la colline de Guellela et est le point le plus élevé de Djerba même s’il ne dépasse une altitude de 52 mètres. A partir du musée, une vue panoramique sur l’ensemble de l’île s’offre à nous. Les composantes principales de ce paysage rare en Tunisie sont remarquablement le palmier, l’olivier et la mer, sources de vie des Djerbiens agriculteurs et pêcheurs.
Le musée offre notamment des représentations des activités et du quotidien des Djerbiens, leurs festivités, leurs traditions, leurs rites et leurs pratiques à travers de beaux mannequins ingénieusement disposés dans le musée adoptant la forme d’un Menzel architecturalement parlant.

El Menzel, la maison Djerbienne

El Menzel est le type d’habitation djerbienne. On y trouve El Ghaba qui est un verger d’arbres fruitiers, principalement des oliviers, délimité par des cactus. Une citerne collecte les eux pluviales fournissant ainsi l’eau potable, très rare à Djerba. Souvent, El Menzel comporte une huilerie à coupoles construite au sous-sol. Ces coupoles créent un microclimat favorable avec une température qui arrive jusqu’à 25°C en hiver, saison d’extraction de l’huile d’olive.
Au fond d’El Ghaba, s’élève El H’ouch. Il s’agit d’une maison sous forme de forteresse, fermée pour des raisons d’intimité, et qui n’est accessible que par une seule porte. La porte ouvre sur un vestibule réservé aux visiteurs. A son tour, le vestibule donne sur une cour centrale vers laquelle les autres pièces de la maison convergent. Chacune de ces pièces, exceptées la cuisine et la salle de bain, est organisée de la manière suivante : au centre nous trouvons un espace de séjour avec des alcôves à coupoles de part et d’autres, ces alcôves reçoivent les lits tout en réservant l’une des extrémités de la chambre pour une seconde alcôve surélevée et accessible grâce à un petit escalier. Ce dernier espace est utilisé principalement pendant l’été.

Midoun

Il est intéressant de faire le tour de l’île en quad. Pendant la visite, nous rencontrons les Menzels partout. Autre fait intéressant : le nombre élevé de mosquées. Dans la région de Midoun, près de la zone de touristique, la mosquée de Fadhloun est ouverte à la visite. Il s’agit en fait d’un complexe religieux qui date du XIVème siècle. La mosquée proprement dite est comme les autres mosquées de Djerba : de couleur blanche et pauvre en décor. Ici, le mihrab de la salle de prière n’est qu’une simple niche qui indique la direction de la Mecque, et le minbar est construit en pierre. La cour, dotée également d’un mihrab, est réservée à la prière en été. En plus de la mosquée, l’édifice comprend une petite école coranique, dite Medrassa, composée de deux salles d’enseignement, une salle de logement, une salle pour les réserves en alimentation, un moulin à grain, une boulangerie et une salle d’ablution extérieure.
A Midoun, le village touristique de Djerba Explore est tout simplement à ne pas rater ! On y découvrira un des reptiles les plus dangereux de la Terre : les crocodiles du Nil.

La communauté juive

A Djerba, on ne peut pas oublier de parler de la communauté juive tunisienne. Cette communauté vient de Jérusalem et s’est installé à Djerba il y a environ 3000 ans, précisément à El Hara Elkbira et El Hara Essghira. On y retrouve la fameuse synagogue El Ghriba, qui compte parmi les plus anciennes de l’Afrique du Nord. Cette synagogue accueille depuis sa création des pèlerins juifs venant du monde entier.

Houmt Souk

Une visite à Houmt Souk, chef lieu de Djerba, est fortement recommandée. Le musée des Arts et des Traditions Populaires de Houmt Souk est un arrêt obligatoire à Djerba. Ce musée est situé dans la Zaouïa de Sidi Ali Zitouni et offre une belle collection d’objets typiquement djerbiens. L’accent y est surtout mis sur tout ce qui se rapporte à la fête du mariage à Djerba qui reste distinguée relativement aux autres régions de la Tunisie. Il faut savoir qu’une fête de mariage traditionnelle dure 7 jours. La mariée y porte un costume différent en fonction de la région et de la pratique. Par contre, les bijoux en or ou en argent ornés de motifs symboliques et prophylactiques sont communs à toutes les régions.
Si on apprécie ce que le musée expose, il est possible de se procurer des pièces d’un style similaire dans les boutiques de l’artisanat du souk ou chez les bijoutiers dont la plupart sont juifs.

Le tapis

Le tapis est également un chef d’œuvre de l’artisanat djerbien. Après avoir observer le tissage de tapis chez l’artisan, nous visitons un tisserand dans son atelier reconnu par son fronton triangulaire. On y découvre le cycle de tissage : du lavage de la laine jusqu’à sa confection en passant par les étapes du cadrage et du filage.

La pêche

Tout comme le tissage, la pêche représente aussi une activité artisanale grâce aux techniques traditionnelles qu’elle adopte. D’ailleurs, la vente de poissons dans le souk à Djerba se fait d’une façon particulière : on parlera de ce qu’on appelle « la vente à la criée ». Le vendeur, appelé e-Dallel, montre e-Chok, une sorte de chapelet de poissons attachés par une tige de régimes de palmier. E-Dallel proposera ensuite un prix de base minimal et la vente se fait aux enchères.

Borj El Ghazi Mustapha, la forteresse majestueuse

Toujours à Houmt Souk, la forteresse qui se dresse majestueusement au bord de la mer est le Borj de Ghazi Mustapha. Cette construction défensive est fondée en 1432 par le Sultan Hafside « Farès Omar ». Les vestiges du fort romain qui occupait la place du Borj ont servi comme matière de construction.
En 1560, le Caïd Turc « Ghazi Mustapha » le restaure après sa destruction par les espagnols qui venaient chercher les corsaires turcs.
Les tours qui flanquent les côtés du Borj nous offrent une vue panoramique sur le port de pêche situé à son voisinage.

  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example
  • Example

Comments

This post is also available in: Anglais, Arabe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *